Le geste aimable d’un homme parcourant plus de 1 000 miles a aidé le propriétaire mourant à retrouver son chien bien-aimé

La gentillesse sauvera le monde. L’acte aimable d’un étranger a aidé une propriétaire mourante à passer ses derniers mois avec son animal de compagnie bien-aimé. Afin de donner un morceau de bonheur et un rayon de soleil, l’homme devait parcourir environ 1 000 milles pour amener à la malade incurable son adorable chien. C’est un geste tellement réconfortant de sa part, qui n’a jamais vu cette femme auparavant. Laissons notre monde avoir des gens comme ça autant que possible.La femme vivant à Burnsville, apprenant sa maladie incurable et qu’elle devait vivre quelques mois, a décidé de déménager à Washington avec son chien bien-aimé pour vivre ses derniers jours avec la maison de sa meilleure amie. Elle voulait juste passer son peu de temps en paix, entourée de ses âmes bien-aimées. Mais une partie importante de ses plans a disparu lorsqu’elle a découvert qu’elle n’était pas autorisée à emmener son chien, car les compagnies aériennes avaient refusé de faire voler son chien en raison de problèmes respiratoires.La femme dévastée n’avait d’autre choix que de donner son Bailey à la clinique vétérinaire, où on lui avait promis de trouver une issue, de lui rendre son chien d’une manière ou d’une autre.Ainsi, la clinique a informé le centre de secours local de la situation de la femme. Jusqu’à ce que le centre de secours essaie de trouver une solution à cette situation, le chien devait être avec ses parents adoptifs, Ryan et Shakopee. Man’s kind gesture driving over 1,000 miles  helped dying owner reunite with his beloved dog Ces personnes aimables ont donné une bonne solution désintéressée à cette situation. Ryan a décidé de se rendre à Washington avec le chien pour l’amener en personne à l’humain au cœur brisé. Le trajet a duré environ 27 heures, mais cela valait la peine de conduire si loin pour une bonne action. Ryan était si heureux que ces deux-là soient à nouveau réunis. Bailey était un bon passager et un parfait compagnon de voyage. Malheureusement, il n’a pas pu assister au moment émouvant de leurs retrouvailles, car le propriétaire malade de Bailey était à l’hôpital à ce moment-là. Mais il était heureux d’avoir cette opportunité d’aider la femme mourante, la rendant un peu reconnaissante, qui pourrait passer ses derniers mois difficiles avec son précieux ami à fourrure.

Like this post? Please share to your friends:
Prends ta pause